Prolongeons l'esprit de Thanksgiving

Publié le par Seb

 

Remontons dans le temps. C’est le weekend de Thanksgiving, fin novembre… Ce n’est pas seulement la fête des dindes, c’est aussi la fête familiale aux US, bien plus que Noël. On retrouve tati, tonton, le cousin qui n’en finit plus de grandir chez les grands-parents. Cela fait de Thanksgiving le weekend le plus chargé de l’année sur les routes et dans les aéroports. Sans doute aussi dans les gares, mais bon vu le développement famélique du chemin de fer, cela ne concerne pas tant de monde.

Pas de dinde pour moi, je prends ma petite valise à roulette pour rejoindre d’autres VIEs (Claude, Armony, Florence, Jérôme et Yann) à Orlando, histoire de rechercher le soleil et un peu de chaleur en cette fraiche fin d’hiver.

Je me lève donc aux aurores pour attraper un vol pour Orlando, en remontant d’abord au nord, car ça coûte moins cher de faire escale à Washington, ne cherchez pas la logique. Mais voilà, un brouillard épais a fait son apparition à Washington, et mon petit avion a seulement l’autorisation de se poser dans un minuscule aéroport de Virginie. D’autres avions nous rejoignent, faisant de ce jeudi 26 novembre le jour avec le plus de mouvement sur le tarmac de ??? (j’ai pas retenu le nom, c’est vraiment perdu comme endroit). Je finis par arriver à Washington, cours comme un dératé et arrive à sauter dans un avion pour Orlando alors qu’ils allaient fermer la porte d’accès. J’ai certes 3 heures de retard sur ce qui était prévu, mais à 2 minutes près cela aurait pu être 6 heures.

Ce sont des mésaventures fréquentes aux US, et je n’ai pas une famille qui m’attend,donc je ne vais pas me plaindre. Je suis quand même déçu, car juste après l’arrivée à Orlando, il était Thanksgiving 034prévu que notre troupe de français se rende le Kennedy Space Center (une base de lancement de la NASA). Tant pis, la visite se fait sans moi et je décide de me rendre à Orlando Downtown pour patienter. Ma valise à roulettes et moi déambulons au milieu d’immeubles à l’architecture plutôt sous un beau ciel bleu avec des palmiers pour saupoudrer le tout. Je m’attarde particulièrement dans une rue à l’atmosphère Far West (oui Orlando est en Floride) et autour d’un lac où il est interdit de s’allonger sur les bancs. La nuit tombe sur la ville, il est temps pour moi de retrouver mes compères. Nous nous rendons à notre hôtel et allons dîner du côté de chez Mickey.

 

   Thanksgiving 043  Thanksgiving 057

 

Et oui, Orlando, c’est la maison de Mickey avec plusieurs parcs Disney. Le lendemain, nous nous rendons donc à Magic Kingdom, qui ressemble évidemment à Disneyland Paris. Amusant mais sans plus, surtout que nous jouons de malchance vu que Space Mountain tombe en panne alors que nous faisons la queue. Au moins nous ne sommes pas restés coincés avec la tête en bas. Bref je ne suis plus un petit enfant, et si c’est plutôt sympa, cela manque de sensations fortes. Ce qui m’impressionne le plus, ce sont ces énormes cuisses de poulet que les Américains achètent et « dégustent » en marchant dans le parc. Après cette journée dans le monde merveilleux de Winnie l’Ourson et compagnie, il est temps de faire la fête et c’est Pluto et Dingo qui font le show, on danse avec eux : le DJ passe les morceaux, nous fait faire des chorégraphies délirantes, on s’arrête pour assister au feu d’artifice sur le château (celui qui est sur le logo de Disney).

 

        Thanksgiving 372       Thanksgiving 385 Thanksgiving 406

tea party chez Minnie ; la Belle et la Bête ; le Chateau


Le lendemain, nous remontons vers le Nord, objectif Saint Augustine. Mais sur le chemin, il y a des marécages oThanksgiving 079ù nous apercevons des gros crocodiles immobiles, une tortue à l’abri dans sa carapace, moult oiseaux, des dauphins et un bout de lamantin qui venait respirer à la surface. Autre étape sur le parcours, Dayton. On peut rouler sur la plage, nous ne résistons pas à ce plaisir et frimons devant notre super van. D’autres friment avec des voitures plus anciennes et plus ou moins customisées. Après avoir couru au milieu des mouettes, fait une séance photo, nous avons épuisé notre dose de kéké-attitude et nous reprenons notre route. Nous découvrons Saint Augustine de nuit, cette petite ville a l’air plutôt sympa. Nous y passons une excellente soirée, même lsi es filles présentes manquent de féminité : beaucoup de lesbiennes aux épaules carrées.

Thanksgiving 090

lui il a gagné sa photo sur mon blog en tant que kéké de l'année 2009

Après une nuit forcément trop courte, nous passons en mode touriste et découvrons la plus ancienne ville des Etats-Unis qui est vraiment très charmante. On s’y promène la matinée, on reste béat devant la plus ancienne école des Etats-Unis, j’exagère, mais c’est amusant de voir ce vieux bâtiment de bois, soigneusement entretenu mais qui n’accueille plus d’élèves. Et on se dit qu’en France, on a vraiment un patrimoine exceptionnel pour qu’un édifice de 300 ans ne nous impressionne pas plus que ça.

 

 Thanksgiving 112  Thanksgiving 127

la fameuse école et une université

 

La visite effectuée, nous continuons notre remontée vers le nord. Un passage à la plage s’impose, nous bravons le froid de l’air et de l’eau pour prendre le fameux bain de 14h35 du dimanche 29 novembre. Je fais un peu mumuse dans les vagues, mais je ne suis pas fou, je me remets vite sur ma serviette, mais le sable porté par le vent tentant de m’ensevelir. Avant que jeThanksgiving 166 ne disparaisse nous repartons, et après un moment nous arrivons à la dernière étape de note weekend : Savannah. Je retrouve avec plaisir ma ville américaine préférée (NY ce n’est pas les Etats-Unis, donc Savannah est ma ville préférée), par contre à la fin de l’automne et le dimanche soir, il n’y a plus trop d’animation dans la ville. Par contre les jolies maisons et les squares sont toujours là, le ciel bleu aussi, seule la chaleur qui m’avait étouffé en juillet a disparu. Nous commençons à fatiguer, donc notre soirée est plus calme que les précédentes, nous avons tenté le bar karaoké, mais ce n’était pas du karaoké pour les rigolos, aucun de nous tente sa chance. Nous nous amusons avec des fléchettes pendant que quelques personnes font preuve de talent au micro. Le lendemain, une bonne promenade dans Savannah, un déjeuner en terrasse pour profiter comme il se doit du soleil. C’est ensuite l’heure du départ, et cette fois, ce n’est pas moi qui rencontre des problèmes d’avion.

Voilà, c’est tout pour ce weekend là. Prochain récit, sans doute mes vacances dans le sud de la Floride pour le nouvel an.

 

Publié dans Reste des US

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article